C’est le ticket qualificatif aux interclubs de la Confédération Africaine de Football qui jusqu’à ce jour n’a pas preneur, le seul titre national dont le vainqueur n’est pas connu d’avance, la Coupe du Congo de Football.

Fini les préliminaires, place à la phase finale

Le tout de la phase préliminaires  organisée par les 11 ligues provinces que compte la Fédération Congolaise de Football Association a pondu 11 clubs  auxquels on joint 29 autres dont 24 sont issus de la ligue 2.

Le nombre des équipes est élevé, c’est pour première fois qu’une édition de la coupe du Congo enregistre autant d’équipes, une situation compliquée. 

Coupe du Congo à 40 participants, un casse-tête

La FECOFA est devant un problème de niveau 4/5. Elle a 15 jours pour organiser une compétition de 40 équipes et ne sait comment les casser, à en croire la de FBA/SEGAL/ 005/2019 le comité d’organisation de la Coupe du Congo dit attendre le 1er Avril 2019 pour rendre public le format pourtant  cette dernière a été rendue publique le 28 Mars.

Donc il faudra tout au plus 4 jours pour peindre le tableau de cette édition. Sur ce, une question se pose : allons-nous demeurer dans le format des zones de Développement.

Coupe nationale, une affaire des zones

Après la Ligue 1, les zones de développement ont trouvé refuge à la Ligue 2 et à la Coupe du Congo. Comme les éditions précédentes, l’on en décompte 3 :- Zone Ouest : Basée à Kinshasa- Zone Est : Basée à Goma- Zone Centre-sud : à Lubumbashi

La méthode dont est tombée amoureuse la FECOFA a été adopté pour faciliter l’effectivité de la compétition étant depuis un moment le rendez-vous des perdants soucieux d’être appelés Champion.

55ème édition et sa nouveauté 

La Fédération Congolaise de Football Association tient à revaloriser la première compétition de la République Démocratique du Congo qui est en vrai la Coupe du Congo de Football.  Elle veut plus de compétitivité et elle a fait appel à groupe pour lui assurer la plus-value, le groupe de 5 derniers champions.

Renaissance du Congo, Don Bosco, Maniema Union, MK et NYUKI.

Tous ces clubs prennent part aux championnats organisés par la Ligue nationale de Football (Ligue 1 et Ligue 2) et pour la plus part, la qualification aux interclubs de la CAF, précisément en  Coupe de la Confédération est déjà perdue d’avance la qualification est compromise.

C’est une sorte d’aubaine pour eux d’autant plus que Renaissance du Congo est 10ème à la Ligue 1 avec 25 points, Don Bosco 7ème avec 30 points, Maniema Union stagne depuis plus de 7 journées à la 4ème place soit au pied du podium avec 45 points et NYUKI est juste à 1 point de Renaissance soit 24 points.

MK, lui, est à la ligue 2.

Quel champion pour quelle cagnotte ?

« Les équipes sont fixées, elles joueront la coupe nationale mais le titre est une affaire d’un groupe des clubs », rapporte le dirigeant d’un club logé dans la zone Ouest à Horsaison.cd. 

Mais sur terrain c’est autre chose que nous allons voir et surtout que la décision finale sera scellée par les résultats sur terrain. Les Congolais ne veulent plus des champions dont la vocation n’est qu’atteindre le 16èmede finale et revenir sans viser un cap plus haut comme l’a fait le FC MK de Kinshasa en son temps.

Le tout part aussi de la cagnotte qui sera remise au champion, vainqueur de la compétition. Car si la dernière édition a connu l’implication du gouvernement déboursant 190 000 dollars repartit entre les 4 premières équipes.

L’autre point important que la FECOFA n’a pas rendu public c’est le format de prestation des clubs.

Migrons-nous vers la mise en ensemble des représentants des ligues provinciales et les participants aux championnats nationaux (Ligue 1 et Ligue 2) ou allons-nous vivre du déjà vu ?

Le 1er Avril nous en dira plus !

Horsaison.cd / Orsaison