Je n’en reviens pas mes yeux, je suis en train de vivre la pire entame des saisons africaines de l’AS V. CLUB en Ligue des champions depuis maintenant 15 ans. Je ne m’exprime qu’en termes des buts marqués, je veux être clair avec vous. La dernière fois que l’attaque de V. Club a marqué moins de trois buts après deux phases (32ème et 16ème) en Ligue des champions remonte à 2004. Année où l’équipe a été éliminée par CANON DE YAOUNDE par 1-4, score cumulé (0-3 à Yaoundé et 1-1 à Kinshasa).

Je signale que VITA n’a pas joué le match de 32ème puisque ULINZI STARS FC du Kenya avait déclaré forfait.

Pouvez-vous imaginer qu’en 4 matches disputés, VITA n’a marqué que 2 buts ? Est-ce un problème d’avants-centres qui n’arrive pas à la cheville de MAKASU, NDAYA, KAZADI, LUVUMBU et surtout ETEKIAMA ou un problème de système ?

Ne vous en faites pas, Florent IBENGE a répondu à cette question lui posée par Jenovic MBOWA de Top Congo FM à l’issue du match retour de 16ème de finale de la Ligue des Champions, et à lui de dire « Il y a les deux, il y a les deux … Il faut qu’on puisse avoir une animation offensive qui nous permettrait de marquer plus de buts. Mais vous avez vu qu’à chaque match on se procure plus d’occasions de marquer des buts et c’est intéressant …
Ce que notre 7ème match, avec une équipe qui est complètement remaniée et donc pour aujourd’hui avec cette équipe-là se retrouver en phase des poules, je suis très heureux. La manière, elle laisse peut-être à désirer mais je suis vraiment satisfait par rapport à ce groupe qui est très jeune … On a eu des contres, certes et énormément de possibilités mais par précipitation, par manque de lucidité et peut-être aussi par un talent un peu moyen fort que précédemment on n’a pas pu marquer mais aujourd’hui, il y avait encore de la place pour marquer plus de deux buts mais on continue comme ça.»

Vous ne me croirez peut-être pas mais César MANZOKI est le moins bon des attaquants de pointe que VITA a connus en ces 4 dernières années. En campagne africaine, l’homme ne cadre pas ou presque ses tentatives devant les cages adversaires. A Kinshasa par exemple, lors des deux sorties des Verts et Noirs, l’ancien de MANIEMA UNION n’a pas cadré qu’une seule fois :

V. CLUB-UMS LOUM : 0 tir cadré alors qu’il a joué plus de 10 minutes
V. CLUB-ASC KARA : 0 tir cadré contre 97 minutes

Je m’en mords les doigts, bref, il n’a pas marqué.

Suite à cette insuffisance d’avants-centres qui ne savent pas ce qu’ils doivent faire pour permettre à l’équipe d’évoluer et de se qualifier aux étapes les plus importantes, l’AS V. CLUB se contente de ce qui lui est présenté juste pour se qualifier.

NIKO NA MOYA, MBILI APANA

Déjà qu’elle n’inscrit pas les buts hors de son terrain et fief, VITA se réserve le droit d’évoluer en service minimum, juste un but pour être qualifié et c’est tout. Quand il faut marquer le deuxième but, tout le monde se croit buteur et fait pratiquement ce qu’il veut et l’équipe est exposée.


ETAPES
MATCHES
SCORE – MINUTE

1
32ème
AS V. CLUB – UMS LOUM
1 – 0, 53’, ZAKARIA

2
16ème
AS V. CLUB – ASC KARA
1 – 0, 45’, KIKASA

Pour la phase des groupes, il faudra justement ce MBILI et voire même plus pour être rassuré de gagner les matches avec un score plus large pour gonfler son goal différence, question de ne pas retomber au cas de 2009 en coupe de la CAF qui a vu VITA sortir de la compétition puisque 3ème alors qu’il comptait le même nombre de points que le 1er et le 2ème, soit 9 points. Là, il faut aussi gagner à l’extérieur et éviter des nuls à domicile pour survivre et faire mieux que l’édition 2018-2019 en Ligue des champions, soit 2 victoires à domicile, un nul à domicile et 3 défaites en déplacement.
Avec la meilleure défense de la compétition, jusque-là inviolée, soit 4 matches et 0 but encaissé, VITA affiche tout de même des signes de méfiance lorsque les titulaires ne sont pas alignés (cas DJUMA – COULIBALY) ou lorsque l’on vend sans vraiment prévoir (le cas NGONDA – LUZOLO – MAMPUMPA).

Florent, tu vise le quart de finale et le reste, mais il faut d’abord réajuster le cadre pour tes avants-centres et mettre un peu plus de confiance chez tes défenseurs.

Comment parler de l’AS V. Club sans jeter des fleurs à Nelson LUKONG BONGAMAN ? Depuis son arrivée au club, il est pratiquement l’homme de confiance de tous les Dauphins noirs. D’ailleurs, en ce match retour face à l’ASC KARA, il a effectué plus de 4 arrêts décisifs, question de permettre à VITA de continuer sa course.

Horsaison / Orsaison

0 0 voter
Évaluation de l'article