Congo Sport

CAN 2019 : OMARI ET IBENGE, MEME MORAL …

Certes, nous sommes à une quarantaine de jours du coup d’envoi de la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019 et la plupart des participants se fixent déjà les objectifs à atteindre lors de la cette phase finale.

Maître en Afrique, recordmen des trophées de cette compétition, les Pharaons d’Egypte, organisateurs de cette grande messe continentale, viennent rééditer l’exploit jamais réalisé en Afrique ; aligner le triplé de cette flamme dorée, coiffée par un ballon avec en son sein le continent africain, le sacre comme il y a 10 ans mais rappelez-vous que tout a commencé à la maison en 2006. Si pour le Cameroun, il faut conserver la couronne, le Sénégal a décroché la première de toute une histoire, le Maroc veut une deuxième et deux qui est également de nombre de participation de l’Ouganda.

Parmi les 5 pays du top 5 africain, 4 s’affichent avec un objectif précis qui est celui de gagner le trophée mais un seul, qui est le 5ème lui s’en va comme un aveugle dont le chien a pris une direction inconnue et dit « prendre la compétition comme elle va se présenter et cela étape par étape ».  Pour être franc, la RD Congo est un qualifié par accident à cette Coupe d’Afrique des Nations puisque sans objectif, une position qui fait montre de manque de confiance aux joueurs qui composent l’ossature nationale, les Léopards. 

IBENGE et ses joueurs, ceux de seconde zone

Alors que l’Afrique a les yeux sur l’équipe nationale de la République Démocratique du Congo, les équipes européennes bavent devant les 11 de la RD Congo mais à l’interne, c’est tout le monde qui doute d’elle. Même le sélectionneur national n’accorde pas toute sa confiance aux joueurs que lui-même passe du temps à suivre (si et seulement si il les suit tous réellement).

La dernière sortie médiatique du sélectionneur national des Léopards Jean Florent IBENGE IKWANGE, plutôt réussie au départ, a mis du vinaigre dans un plat qui déjà avait du mal à être digéré, sa présence à la tête de la sélection nationale jusqu’à la CAN 2019.

A cette CAN, Florent IBNGE ne se présente pas comme ce sélectionneur qui est confié de la gagner. Un peu trop alarmiste lors de la 31ème édition disputée au Gabon en 2017 allant jusqu’à dire : «  La RDC vient jouer le titre cette année. Cette Coupe d’Afrique des Nations est mienne et c’est parmi les objectifs que je me suis assigné avant la qualification à la coupe du monde Russie 2018. 2015 n’était qu’un bonus ».  Mais au finish, le Congo Kinshasa n’a même pas atteint le dernier carré comme en 2015, il a été sorti par le Ghana en quart de finale (1-2).

Deux ans plus tard, c’est un tout autre Florent qui se présente aux joueurs et à la presse. Il est plutôt réservé, recroqueviller sur lui-même et va descendre ses propres poulains : « Nos joueurs sont … alors quand les joueurs sont de ce niveau-là on peut se donner quel objectif ? Il ne faut pas mettre une pression pour rien, on y va pour faire le mieux, le mieux possible ». IBENGE dit à la face du monde qu’il a des joueurs incapables de gagner une coupe d’Afrique des nations alors que le Cameroun, champion en titre n’a pas mieux et le Président de la Fédération Congolaise de Football Association est du même avis que lui.

Quand OMARI se rétracte

Il a toujours scandé haut «  qu’avec l’ossature que nous avons aujourd’hui, la République Démocratique du Congo peut gagner une CAN. Et ce n’est pas normal qu’en 2017 dans une CAN qui était annoncée nôtre, que l’on quitte par la petite porte contre le Ghana ». Constant OMARI est-il passé à l’inconstance ?  A cette question personne ne pourra répondre si ce n’est lui-même le plus concerné de tous puisque Président de la FECOFA.

Rendant visite à LISANGA BONGANGA, puisque nommé Ministre des Sports ad intérim, pour lui présenter les civilités, le Président de l’ancienne FEZAFA a également pris le soin de tracer la ligne que suivent les Léopards de la République Démocratique du Congo cette année, 2019. Passant par les Dames visant les Jeux Olympiques avec lesquelles il s’est montré plus confiant, OMARI SELEMANI a plutôt laissé planer une ombre de perplexité sur les Léopards Messieurs déjà qualifiés à la CAN. Loin de reprendre les mêmes mots que son sélectionneur principal, il est allé dans la même logique d’idées en affirmant « On ne peut pas aller à une CAN dans l’espoir de la perdre. Il y a ce qu’on appelle … l’objectif d’attaque c’est de la remporter, l’objectif de repli c’est d’être bien positionner, voilà ».

Alors qu’il reste moins de 55 jours pour le coup d’envoi de la plus grande messe du football africain, les congolais ne savent pratiquement pas quoi retenir. Avec quelle idée ils seront au pays des Pharaons ? Comment appréhender les matches ?…

Tout ce qu’ils savent, c’est que le stage des Léopards se passera finalement au Sud de l’Espagne après la fin du championnat d’élite espagnol La Liga Santader soit jusqu’à l’après 19 mai 2019. Sur la liste des pays à affronter le Sénégal et d’autres dont les invitations sont attendues.

Horsaison / Or Saison

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x