Le sable, le désert, le plus grand du monde, le désert de Sahara, plus beau comme jamais auparavant, a lancé dans une lutte sans merci ce vendredi 12 avril les habitants du continent africain. Cette Afrique qui depuis 1885 n’a jamais cessé d’être un terrain à dompter. Si au 19ème siècle blancs et noirs se battaient pour l’occupation ou la protection du terrain alors Royaume ou Empire ; en 2019, au 21ème siècle, la lutte est concentrée sur de l’or floqué sur le globe avec au cœur l’Afrique rayonnante entourée des ballons de football.

Le Pyramide de Guizeh lance la chasse, c’est là que l’Egypte a donné rendez-vous à l’Afrique, hommes et bêtes féroces se prennent en pâture.

Groupe A, le Léopard en Danger

Il est le seul animal du zoo. Il est poursuivi pour ses excès du passé alors que son présent ne le reflète même pas. Ce félin de l’Afrique centrale est attaqué dans tous les sens, au Sud par les Guerriers Jaunes et Verts, à l’Est par les hommes de Crâne Rouge, ces Nilotiques habiles dans la chasse aux Félins.

Le plus grand mal et ce qui complique les calculs des Fauves de la cuvette centrale dans le Bassin du Congo, c’est la présence d’un homme, le Tout Puissant Africain, le Pharaon.

Ces deux occupants de la forêt qui est la Confédération Africaine de Football sont les seuls dont les cous portent de l’Or. Inoffensive seule face à une bête féroce, l’Egypte (pays organisateur et plus titré du continent avec 7 trophées) a fait appel à ses amis-ennemis  humains qui sont le Zimbabwe et l’Ouganda pour déstabiliser un animal, le seul dans la tanière, le Léopard de la RD Congo (deux fois champion d’Afrique) pour se frayer une voie royale vers le titre.

Les Léopards, eux, comptent sur leur instinct manipulateur (à l’image de Mobutu) pour semer la zizanie entre ces humains (Pharaons d’Egypte, Warriors du Zimbabwe et Crâne Rouge de l’Ouganda) pour aller trouver son troisième couronnement.

Le deuxième titre des Léopards a été remporté en Egypte, il y a 45 ans après l’avoir sorti en demi-finale au Stade International du Caire.

Le Groupe A de la CAN est une composition serrée mais le léopard peut en sortir vivant, il comprend :

  • L’Egypte (7 fois champion)
  • La RD Congo (2 fois champion)
  • L’Ouganda
  • Le Zimbabwe

Les confrontations telles que prévues par la Confédération Africaine de Football épargnent tout de même au seul animal du groupe un combat inéquitable. D’où la mise en place d’un combat en cage pour quiconque voulant se mesurer à cette espèce capable de se dissimiler dans le noir.

Oppositions, tendances . . .

La première des oppositions est fixée le 22 juin à 15h30’, heure de Kinshasa, dans un antre que la RD Congo connait très bien pour y avoir joué plus d’une fois.  Le Stade International du Caire va offrir sur un plateau doré les Crânes Rouges de l’Ouganda aux Léopards de la RD Congo.

Ces crânes que l’histoire sait manœuvrable par les pattes des Léopards, la dernière expérience remonte en 2005 au Stade des Martyrs par la victoire de la RD Congo, 4 buts à 0. Mais attention ! Les choses ont changé, car si en 2015 les ougandais étaient 101ème sur le classement FIFA, en 2019 ; en ce mois d’avril, ils sont 79ème avec une régression de -2 et 16ème en Afrique. Les coéquipiers de FAROUK MIYA ont laissé l’Afrique sur une autre image en 1978 (finalistes de la CAN) et tiennent cette fois à retrouver au moins le cap atteint en 1962 (4ème au classement général).

Puis un match dans le noir total, le 26 juin, toujours au Caire. Les murs du Stade Jadis NASERont vécu le dernier sacre du Zaïre en 1974, l’humiliation du Congo Démocratique en 2006 en quart de finale seront en cette date témoins de la deuxième journée. Un match de suprématie et de confirmation pour les Anciens Maitres du monde (Ante Christu Natum) emmenés par le Roi de l’Angleterre, Mo SALAH, ont une mémoire d’éléphant, ils n’oublient rien. Ils gardent la dent contre le Congo Kinshasa alors Zaïre depuis la CAN 1974.

La dernière opposition est une revanche que le Léopard va prendre sur le dernier Guerrier qui l’a crevé un œil et coupé les griffes. La RD Congo va affronter le Zimbabwe. Déjoué jusqu’à la dernière minute à Kinshasa puis battu dans son Stade des Martyrs qui en vrai est une tanière, le Fauve du bassin du Congo se doit lire entre les lignes ses propres limites dans le jeu avant de penser comprendre les autres.

RDC, je t’aime moi non plus

Par-dessus tout, seule la préparation sera l’arme idéale devant permettre aux congolais de Kinshasa d’atteindre le dernier carré de cette compétition, la 32ème Coupe d’Afrique des Nations de RANG. Selon IBENGE Jean Florent, le programme met en premier plan la Turquie « parce que c’est le même climat et la même altitude que l’Egypte. Nous serons frais et auront les mêmes aptitudes qu’en Egypte.  A cette Coupe d’Afrique, nous irons étape par étape suivant le rythme de l’évolution du Groupe … il faut donner des objectifs réalistes aussi. Nos joueurs  … alors quand vous connaissez que vos joueurs sont de ce niveau-là vous allez vous donner quel objectif ?»  IBENGE a laissé comprendre que son objectif n’est pas de gagner la CAN, mais cela peut arriver par chance, car ses joueurs sont de seconde zone.

Horsaison / Or Saison