La disqualification des Léopards de la République Démocratique du Congo aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de moins de 23 ans est tombée comme une bombe à Kinshasa jusqu’à éclater sur le visage des congolais qui pour la plupart étaient surpris alors que pour les avertis, cette disqualification était déjà annoncée comme une bombe à retardement.

Ayant 72 heures pour se justifier à la CAF, la FECOFA s’est prononcée plutôt à Kinshasa en prenant juste acte de la décision de la commission disciplinaire de l’instance faitière du football africain penchant positivement sur la requête de la Fédération Royale Marocaine de Football, « Arsène ZOLA n’a pas qualité d’arborer le maillot des U23 de la RD Congo« . Une acceptation à l’international alors qu’à l’interne le chemin de la croix pour certains était déjà retenue.

Comme un agneau, la FECOFA se laisse abattre

« Il faut savoir mener le combat pour lequel vous allez gagner et non pas mener le combat dont vous savez à l’avance que vous allez perdre dès le départ ».

Alors que les 72 heures devaient servir d’un temps significatif pour se justifier face à la commission disciplinaire de la CAF, elles ont plutôt permis à la Fédération Congolaise de Football Association de sanctionner en son sein, comme qui dirait qui aime bien châtie bien. Les services administratifs de la CAF ont payé le prix de l’abattage de toute une génération. « Le règlement prévoyait le facteur âge et deuxième, il y a un deuxième article ce facteur qui prévoyait la conformité des dates entre les passeports et les licences logés au niveau de la CAF si le joueur de la sélection U23 prenait part aux compétitions interclubs » a déclaré Constant OMARI.

Une histoire sensible qui touche même à l’honneur et l’éthique de la FECOFA, SELEMANI, lui banalise « Donc, le problème est purement administratif et d’ailleurs, même la CAF l’a reconnu. Il ne s’agit pas d’une fraude mais plutôt d’une erreur administrative comme on dit DURA LEX, SED LEX. La décision a été prise et nous avons pris acte de cette décision … Je dois prêcher par l’exemple étant 2ème vice-président de la CAF … »

FECOFA, l’autoflagellation

La disqualification de l’équipe nationale de la RD Congo a emmené avec elle, la suspension du Secrétaire Général de la Fédération Congolaise de Football Association « pour besoin d’enquête parce que cela relève purement et simplement de son travail qui est administratif … ». De la suspension du Secrétaire Général vient de naître deux secrétariats généraux adjoints avec des missions précises ; le premier, Belge SITUATALA, aura dans ses attributions « le suivi des compétitions » et le second, géré par Patrice MANGENDA, aura un œil regardant sur le côté informatique avec une « avance systématique sur les licences des joueurs et développement ». La FECOFA évite les mêmes causes qui risquent de produire les mêmes effets d’ici quelques années.

Horsaison / Or Saison

0 0 voter
Évaluation de l'article