Congo Sport

CHAN 2020, UNE PAGE DÉSORMAIS TOURNÉE POUR LA RDC. QUE RETENIR ALORS ?

Ce n’est un secret pour personne,la République Démocratique du Congo a dit adieu au championnat d’Afrique des nations, CHAN, sixième édition qu’abrite le pays de Samuel Eto’o Fils. Une élimination qui fait et fera mal pendant quelques jours. La raison, le manque du sérieux dans la gestion du groupe.

Organisée dans un contexte tout à fait particulier mais surtout difficile suite à la deuxième vague du Corona virus, cette sixième édition connaît beaucoup d’imperfections. La plus grande, la fiabilité dans le test de covid effectué sur les acteurs de chacune de délégations présentes à Yaoundé et Douala.

La RDC piégée ou négligente ?

C’est la grosse interrogation et à un moment, les congolais ont crié à un complot. Quatorze joueurs dans l’ensemble ont été contrôlés positifs de manière progressive. Une situation qui a mis à mal le staff technique car, même le sélectionneur principal, Jean-Florent IBENGE IKWANGE était éloigné du groupe après juste le premier match contre les diables rouges du Congo Brazzaville 1-0.  Des prélèvements effectués et des cas suspects découverts, tous les congolais atteints ont subi la rigueur du règlement, la stricte quarantaine. Un stress inattendu pour tous ou prèsque tombés dans cette situation. Mais là où, les bas blessent, c’est quand, les laboratoires camerounais se sont contredits dans les derniers prélèvements en marge du quart de finale RDC vs CAMEROUN. Match gagné par les Lions indomptables du Cameroun 2 buts à 1, la faute au coaching moyen du revenant Jean-Florent IBENGE contrôlé négatif lors de la contre expertise exigée et obtenue de la CAF par le vice-président de la fédération congolaise de football association, sieur Théobald BINAMUNGU RU BIMBURA. Un choix discutable du onze de départ mais surtout les remplacements tardifs, associée à des erreurs cash du dernier rempart, le très expérimenté MATAMPI VUMI LEY, gardien de Saint Eloi Lupopo.

Une réalité qui a jeté un discrédit dans tous les verdicts rendus des tests durant cette campagne camerounaise des Léopards. Une situation qui a fait retentir les cloches d’un supposé complot contre la RDC, hyper favorite du tournoi mais sortie en quarts par le pays organisateur. Les Léopards ont souffert car, diminués au mieux torturés par l’organisation biaisée du Cameroun, soutenu par la confédération africaine de football (CAF). Mais qu’à cela ne tienne, un laisser-aller insupportable a caractérisé le groupe de la RDC qui, malgré la présence de quelques cas positifs, a permis beaucoup de contacts dégageant l’odeur de la négligence dans le respect des gestes barrières.

Le voyage ,l’autre face du CHAN 2020!

Si sur terrain, les choses n’ont pas marché pour les Léopards, moins de bruits nous sont parvenus en provenance du Cameroun. Raison, une bonne organisation dans le dossier préparation du voyage, mention spéciale à Amos MBAYO KITENGE, Ministre des sports et loisirs et son équipe qui, ont essayé d’apporter une touche particulière. “C’est une première. Depuis que j’ai la chance de voyager pour le compte de l’équipe nationale, jamais j’ai été logé dans des conditions aussi bonnes que celles de Douala, quartier général des Léopards”, a souligné un supporter parti soutenir les fauves au Cameroun. Sans plonger dans les propos flatteurs de certains compatriotes, les conditions de logement au Cameroun étaient louables et sont à mettre à l’actif du ministre des sports et loisirs sortant, Amos Mbayo Kitenge.

La polémique inutile,juste un déficit de communication ?

Quelques jours avant le déplacement de la délégation pour le CHAN, le Ministre Amos Mbayo Kitenge, comme de coutume, avait fait le point sur les préparatifs du voyage des supporters et autres qui devaient accompagner les Léopards. C’est au cours de cette activité que l’ancien locataire du stade des Martyrs avait déclaré nous citons:  “je suis là pour corriger les erreurs du passé”, une goûte d’eau qui a fait déborder le vase ?

Souvent, il est difficile de comprendre l’idée ou l’esprit d’un propos sans au préalable en maîtriser les méandres ni non plus approcher l’auteur. Dans « je vais corriger les erreurs du passé », Amos Mbayo Kitenge a-t-il voulu pointer du doigt ses prédécesseurs ?  C’est vraiment difficile d’affirmer cela vu les bonnes relations qu’il a eues  avec ces derniers. Durant dix ans ou plus, Amos Mbayo a occupé le poste de conseiller financier au ministère parfois de la jeunesse et des sports, par moment sports et loisirs. Partant de ce rappel, il est honnête de répondre par *NON*. Pour dire qu’il n’y avait rien de pareil dans son propos.

La part de la communication !

C’est en réalité, le canard boiteux du mandat d’Amos Mbayo Kitenge. Une sortie médiatique pareille du ministre, devait en principe se faire accompagner des éclaircissements clairs, question de ne pas créer un malentendu entre Amos Mbayo et ses prédécesseurs avec qui, il a entretenu une très bonne relation.

Nous avons essayé d’analyser cette déclaration du ministre et voici ce que nous avons constaté : *les échos en provenance du Cameroun ont été flatteurs et plaident en faveur du ministre Amos Mbayo Kitenge, sans préciser le montant touché car, dit-on, l’argent n’aime pas les bruits, il y a lieu de souligner que financièrement les animateurs et même les amis de la presse (journalistes et cameramen)se sont retrouvés ce, en dépit du fait d’être bien logés (avoir passé un séjour agréable) aux frais du gouvernement, leur permettant ainsi de s’offrir quelques bons souvenirs au pays de Roger Milla. Comparativement aux déplacements des années antérieures, il y a eu moins de problèmes cette fois-ci. En majeur partie, la centaine de congolais partis au Cameroun, étaient véritablement des supporters et l’ont démontré en poussant leur onze national à la qualification pour la prochaine étape, celle des quarts de finale. Véritable satisfecit pour le numéro un du sport en RDC, Amos Mbayo Kitenge qui avait placé le supporter au centre de tout. Outre le fait d’avoir amené les vrais supporters et non les commerçants, un toilettage a été fait aussi dans le rang de la presse sportive. Majoritairement, les véritables bosseurs ont effectué le déplacement du Cameroun. Petit bémol, tout le monde n’a pas été servi comme il se devait, deux journalistes parties avec leurs propres moyens ont été ignorées alors que les moyens de l’État ne manquaient pas.* De ce qui précède et sans être avocat du ministre Amos Mbayo Kitenge, nous avons estimé que la correction des erreurs du passé tel qu’annoncait, peut facilement trouver tout son sens dans cette organisation exemplaire car, du Cameroun, il y a eu moins de remords pour ne pas dire que la situation chaotique observée en Égypte en 2019, ne s’est pas produite et tout le monde a eu le sourire aux lèvres à la place des chamailleries et autres troubles.*

Partant du principe selon lequel, on se sert du passé pour améliorer le futur, il y a lieu de reconnaître et saluer les efforts conjugués par l’équipe du ministre Amos Mbayo Kitenge qui dans un temps record a fourni un travail appréciable et qui servira de référence pour les déplacements à venir

Jean de Dieu Mukendi

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x