Congo Sport

DCMP – V. CLUB: TU ME BLOQUES, JE TE BLOQUE

La saison pour l’AS V. Club est close. Les avions à prendre pour l’intérieur et extérieur du pays ne seront plus au rendez-vous, les rideaux de la 24ème Ligue Nationale de Football se referment pour les Dauphins Noirs.  Mais avant le dernier coup de sifflet de l’exercice 2018-2019, il fallait battre un adversaire légendaire, l’éternel rival, le Daring Club Motema Pembe et ce dimanche l’occasion était trop belle pour la manquer.

Bien que le Stade des Martyrs n’était pas rempli comme au début des années 2000, le derby a vécu grâce au spectacle offert par les deux soupes qui se sont partagés le gateau, 90 minutes sans laisser tomber le moindre morceau (temps mort).

V. Club, quand les attaquants renaissent  

S’en était de trop, trois matches sans marquer le moindre but, la ligne offensive de l’AS V.Club passait pour la pire du pays puisque n’arrivant pas à mettre Vita sur une bonne sellette pour la conservation du titre. Conséquences, 6 points gaspillés et pire encore, le titre s’en va chez l’Eternel Tout Puissant du championnat, MAZEMBE.

Florent sait qu’il n’aura pas le pardon du public s’il ne gagne pas, il aligne vitesse et intelligence pour avoir les trois points disponibles.

Qui pour faire mieux que celui qui connaît la maison pour percer le thorax des Mitema Pembe, à la 44è minute, Francis Kazadi viole l’axe de MBOMBA et INONGA. VITA mène jusqu’à la fin de la mi-temps. La seconde s’annonce palpitante avec des signaux des Daringmen qui cherchent l’égalisation.

DCMP bloque et avance

La seconde partie débute avec un remplacement du bloc médian du Daring Club Motema Motema. LEMA, NKOUNKOU et ASUMANI monte d’un cran, Ricky TULENGE cède quelques mètres de sa zone pour contenir les actions de l’AS V. Club et ça marche à merveille.

VITA est obligé de sauter les lignes pendant que Imana s’infiltre jusqu’à avoir un penalty suite à un contrôle de la main dans la surface de réparation des Dauphins Noirs.

Vinny BONGONGA, toujours lui !

Le DCMP doit, aujourd’hui sa survie, sa troisième place à l’ancien buteur du FC ARC-EN-CIEL qui a eu à sauver la peau et les basques des Tupamaros à plusieurs reprises dont lors du décisif DCMP – RENAISSANCE puis LUPOPO – DCMP.

Ce dimanche 28 avril dans ce grand derby de la capitale, BONGONGA n’a pas manqué son apparition. A l’origine du penalty, il réussit sa sentence d’un contre-pied parfait pour battre Nelson LUKONG. Un but partout, le Daring se lance et croit déjà à un exploit, battre V. Club. Une victoire qui se dessine après l’égalisation pour s’éloigner de la pression mise derrière par Maniema Union, mais battre V. Club n’arrivera pas en cette 24ème édition de la Ligue 1.

Quand V. Club bloque les ardeurs du Daring

Le jeu de Michel KIGOMA fait du mal à Florent qui, après que l’adverse ait découvert son système perd un peu le fil. Il se voit obliger de s’adapter et se frayer le chemin dans les petits espaces pour atteindre le poteau adverse. Des passes millimétrées, option bien choisie qui paie à la 72ème. Mabruki est battu pour la seconde fois, il est supplanté.

Francis KAZADI, la danse des épaules + 17

Il l’aime bien, cette danse des épaules mises en exergue pour célébrer ses buts. L’exécuter juste une fois n’était pas suffisant, la seconde s’imposait. Bénéficiant d’une passe en profondeur bien plate pour crucifier le DCMP et ses espoirs de filer loin avant sa dernière sortie.

Deux buts, un doublé et voilà le total des buts du nouveau chef de la ligne offensive de Vita porté à 17 égalant ainsi Jackson MULEKA au rang des premiers. Francis a juste fait oublier aux supporters presents au stade la saison sans titre que vient de passer l’AS V. Club.

Le match se clôture sur ce score de deux buts à un, considéré comme l’ascenseur du DCMP pour se rendre en Afrique, la formation Vert et Noir de Kinshasa vient juste de bloquer toute une machine refroidit ce jour par un Ricky TULENGE plus animateur que finisseur, peut-être le 1 qui manquait au Daring affichant 99 pour totaliser 100.

AYOME, quand la femme dit NON

Le jeu a vécu sur la pelouse, il y a eu des buts mais il y a également eu une femme sur la pelouse pour discipliner 22 hommes courant derrière une boule en cuir, le ballon.

Stricte et respectueuse de ses décisions, Carine AYOME a prouvé ce dimanche qu’être femme n’est pas une calamité. Elle a montré au monde qu’une femme pouvait aussi conduire les hommes. L’œuvre humaine n’étant pas parfaite, ses decisions prises ont, pour certains, été discutées et discutables mais, elle ne revient pas sur sa décision quand elle dit non.

Sa réaction au sujet de penalty accordé au DCMP et sa réaction face à Djuma Shabani, toute l’équipe de Vita en dit plus. Bloquer les suspicions, elle l’a fait.

Horsaison / Or Saison

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x