Tout le monde a compris que ce n’est pas le talent qui manque en République Démocratique du Congo mais plutôt du sérieux et la volonté dans le chef des décideurs. Eux qui par un simple geste peuvent changer le sens de toute une histoire, l’histoire de la RDC. Ce geste simple n’est rien d’autre que la signature.

Une signature malheureusement tarde à être appliquée à la Fédération de Basket Ball du Congo. Le Comité exécutif de la FEBACO fait fi de toute implication de l’équipe nationale, mieux la participation à cette échéance, pourtant elle a reçu les correspondances de la FIBA AFRIQUE et de la Fédération Camerounaise.

FEBACO, amoureuse des dernières heures . . .

Comme dans ses habitudes du début des années 2000, la Fédération de Basket Ball du Congo n’a rien prévu pour le déplacement des filles devant normalement fouler le sol camerounais au plus tard le 17 avril 2019. Mais Jusqu’à 3 semaines des éliminatoires de l’AFROBASKET 2019 Zone 4 en version féminine, le nom du Sélectionneur national des Léopards Dames Séniors n’est toujours pas connu. Pas des présélectionnées, pas de calendrier d’entrainement (pourtant proposé depuis le mois de Janvier), pas des prévisions budgétaires. Bref la FEBACO n’a rien.

Sans Manager, les Léopards dames Inoffensives ?

Il était l’homme à faire autour des sélections nationales de la RDC, toutes catégories confondues, alors qu’il était un agent extérieur chargé de la supervision et engagements des Léopards. Arrivé en 2017 à la rescousse des Fauves Congolais, Joe NKOY LOLONGA est passé pour le facteur X de la relance des Léopards sur la scène international, notamment avec les hommes qui retrouvent l’Afrique après 10 ans d’absence (6ème à l’AfroBasket Tunisie – Sénégal et qualifiés à la 2ème fenêtre des éliminatoires de la Coupe du monde Chine 2019) et les Dames revenant sur l’échiquier Africain en 2017 alors que la dernière apparition remonte à 2011.

En 2019, alors porté à la 4ème vice-présidence à la Fédération de Basket Ball du Congo, le désormais résidant de Goma (pour des raisons professionnelles) décide de se dissocier de son statut d’arrivée à la FEBACO, celui de Manager, pour se concentrer sur la formation de la jeunesse et initiation à la pratique du Basket Ball au plus jeune âge (ses attributions en qualité de 4ème Vice-président).

Une nouvelle que les Léopards Dames ont mal perçu et décident de ne plus venir en sélection décriant je cite : « Nous connaissons le manque de sérieux qui régnait au sein et autour de l’équipe nationale avant l’arrivée de Joe comme Manager. Maintenant qu’il est parti, vous voulez que l’on revienne à la case de départ ? NON. » Fin de citation.

La précipitation au rendez-vous, case de départ déjà atteint

Alors qu’elles disent éviter de retourner à la case de départ, les Fauves dames y sont de plein pied. En réalité, elles ne se rendent juste pas compte que c’est dans la précipitation qu’elles vont se préparer. Juste 3 semaines d’entrainement et puis plus rien alors que les adversaires sont habiles et peuvent les humilier sur le tartan.

Que faut-il faire?

La prestation des Léopards lors de la dernière édition de l’AfroBasket disputait au Mali a mis au-devant de l’Afrique une sélection soucieuse de revenir au sommet de son art et qu’il lui faudra un peu de temps. Dans cette optique, ne pas participer parce que les choses sont faites en retard jettera de l’opprobre sur le travail abattu lors de cet exercice.

Ce qu’il faudra faire, c’est de sélectionner les joueuses sur base de leurs prestations actuelles et non sur les données enregistrées il y a deux ans. Des séries d’entrainements intensives, spécialiser les joueuses avec des objectifs et caps à atteindre au cours de ces séances, travailler sur un système bien établi avec des variations en cas de blocage devant.

HORSAISON /OR SAISON