La nouvelle se faufilait dans les couloirs de la Fédération Congolaise de Football Association sur le remerciement de Florent IBENGE par le Président de la FECOFA, Constant OMARI SELEMANI qui, lors de sa sortie médiatique ratée à quelques jours du démarrage de la CAN EGYPTE 2019 avait annoncé que le staff sera chassé après l’aventure égyptienne.

(Re)Lire CAN 2019 – RDC: « IBENGE SERA CHASSÉ APRÈS LA CAN … », OMARI

«Le staff a été engagé pour un projet de 4 ans et aujourd’hui le projet a atteint sa maturité. Nous attendons la fin de cette CAN pour évaluer ce staff technique et décider s’il faudrait le garder ou chasser. Ce n’est pas maintenant en pleine préparation qu’on dira au staff si vous n’avez pas le résultat, on va vous chasser » a laissé entendre le Tout Puissant OMARI comme pour dire que vous serez mis out.

Ça été fait ce mercredi 7 août 2019 au siège de la Fédération Congolaise de Football Association où il a été aperçu puisque sortant dune réunion avec Constant OMARI où il a, à la place d’être reconduit, vécu autre chose.

IBENGE-OMARI, un divorce amer

Loin d’être une vraie démission, Florent IBENGE IKWANGE est plutôt allé vivre et ouï de vive voix sa non reconduction à la tête de la sélection nationale des Léopards Football de la République Démocratique du Congo. L’homme a été sacrifié pour sauver la peau des vrais coupables, plus coupables que lui qui est le vrai-faux coupable dans cette affaire.

IBENGE a manqué l’occasion de se faire grand lors de son annonce en 2017 manifestant son envie de partir avant d’être refroidi par OMARI se sentant en danger. C’est Constant qui a profité de la gestion et la gouvernance de Florent, ce qui lui a valu une santé africaine sur le plan national puisqu’aidé de toute pièce en club par MAZEMBE.

Le dossier IMBULA suite à l’humiliation subi en imposant le retour de BOLASIE est aussi l’élément clé de ce divorce qu’impose OMARI.

« La FECOFA a fait tout ce qu’il devait faire sur le cas IMBULA, j’ai obtenu que la FIFA travaille même en dehors des heures normales, nous avons obtenu de la CAF pour que le nom de IMBULA soit transmis en retard en attendant la décision de la FIFA, mais c’est le staff technique qui a refusé de le retenir. J’ai demandé au staff technique d’assumer sa décision » a dit OMARI.

Florent a assumé sans brûler la case.

Le message d’adieu de Florent IBENGE est purement politique car évitant que l’on salisse son nom par la Fédération comme d’habitude. « C’est Florent qui fait ci, c’est IBENGE qui fait ça » chacun fouillant ses responsabilités.

Sortant de la FECOFA, l’homme a dit « Merci à mes collaborateurs, tous mes collaborateurs de l’AS V. CLUB qui mont permis darriver en équipe nationale parce que si je suis arrivé en équipe nationale, cest grâce aux résultats que jai pu faire avec l’AS V. CLUB. Merci à tous mes collaborateurs de léquipe nationale, merci à tous les joueurs que jai eu sous la main, merci au public et puis, il reste qui, il reste la presse avec laquelle j’ai travaillé de concert.

Donc voilà, et puis je rajoute bon vent à mon successeur parce que ce n’est pas la personne de Florent IBENGE qui compte et je l’ai dit plusieurs fois. C’est l’équipe nationale de la RDC, donc je lui souhaite tous les meilleurs et j’espère qu’il pourra emmener l’équipe nationale plus loin que ce que j’ai pu faire jusqu’à présent. Il n’y a eu aucune pression de ma part, je le fait volontiers comme c’était prévu. La première réunion, il y a 5 ans avec mon staff, tout le staff quand je les ai réuni, vous pouvez les interroger, je leur avais dit que je ne resterai pas longtemps. Donc, j’ai fait quand même 5 ans et c’est sans aucune pression. Dès le départ beaucoup de gens le savaient déjà peu importe le résultat que c’était ma dernière CAN. Donc là sans pression. Je reste toujours à la disposition, car le Président ma proposé aussi d’autres postes donc on va regarder tranquillement. Le plus important c’est la RDC, que la RDC gagne, elle est toujours dans mon cœur » a dit Florent IBENGE avec une voix sanglotant.

IBENGE s’en va mais laisse dernière lui un bilan qui parlera à sa place, deux médailles entre 2015 et 2017, jamais réalisé par un sélectionneur avec les Léopards de la RD Congo.

Horsaison / Or Saison