Le rendez-vous japonais, il faut y être mais le chemin est compliqué et rempli d’épines difficiles à dompter. Le Congo Démocratique a fait une part de ce périple, passer le premier tour.
Un pas, pas le moindre face aux Tanzaniennes.

Kinshasa, le clou de l’histoire

La marche a débuté à l’extérieur du pays. Tel les Israélites, Léopards Dames de la RDC ont entamé une longue lutte, loin de leur terre, soldée à Dar-Es-Salam sur la marque de deux buts partout.
Un nul favorable oui, mais piége aussi. À Kinshasa, il faut avoir des arguments solides pour la qualification.

Grâce BALONGO encore une fois

Elle a été, elle est et a permis aux Fauves de régner dans leur tanière, le stade des martyrs de la Pentecôte.
Première à ouvrir le score en Tanzanie, elle est la seule à marquer à Kinshasa.
Son objectif mettre à l’abri les siennes, elle le fera à la 46è minute; et après plus rien.

Un but à zéro, les Congolaises obtenaient alors leur qualification au deuxième tour de ces éliminatoires mais la marche est encore longue pour arriver à la terre promise.

2è tour, que des grandes écuries

Après avoir sorti la Tanzanie, la RDC doit s’attendre à plus coriaces qu’elle. Des équipes prêtes à laisser une part d’elles sur le terrain pour arriver à leur fin, les habituées des rendez-vous planétaire.
Passant par le Nigéria, transitant en Afrique du Sud pour voir le Ghana et le Cameroun, le Congo démocratique doit travailler ses combinaisons pour une finition réaliste.
Un travail de fond est à réaliser et il faudra également prendre en compte le facteur temps.

Horsaison / Or Saison