C’est depuis 10 ans que le football lushois domine le championnat national de football de la République Démocratique du Congo. En vrai, c’est une équipe, juste un club qui supplante toute la République, le Tout Puissant MAZEMBE ENGLEBERT.

La formation Noir et Blanc de Lubumbashi s’est tout simplement imposée pour chasser une autre, le Daring Club Motema Pembe de Kinshasa qui avait fait sien le trophée de la Ligue Nationale de Football avec chaque saison une qualification assurée à la Ligue des Champions de la Confédération Africaine de Football.

Cette domination n’est pas venue d’un coup de baguette magique pour cette équipe lushoise qui pendant son maintien au top niveau devait également supporter l’exil de son Président, Moïse KATUMBI CHAPWE durant plus de 5 ans en Zambie, en Europe et en Amérique. Un exil qui est plutôt bénéfique pour le club car au retour de son Moïse KATUMBI, une vision à l’européenne tout en étudiant le mécanisme et le fonctionnement du football pour dompter celui de la RD Congo  en général et kinois en particulier.

En ce moment, à Kinshasa, les Bana Daring et les Tupamoros, accompagnés de leur public énorme et passionné du ballon rond, toujours là derrière l’équipe, animant plein de volonté et de la fierté avec un seul objectif qui est de  courir derrière le titre national. Les précurseurs, le Général de l’Armée Ondekani, Jean-Charles OKOTO, Hilaire MUMBAYI et Alain SUDI ZIMAMOTO, le Daring Club Motema Pembe faisait peur !

Dans son coin de petit poucet, l’AS V. Club de Kinshasa se battait comme un diablotin dans un bénitier et faisait des études pour pallier à certains problèmes internes se caractérisant par des conflits tribaux et politiques de la gestion de l’équipe.

Le retour du Tout Puissant, l’éveil des Dauphins noirs

A des milliers de kilomètres de Kinshasa, les Englerbetois ont pu dénicher la maladie qui rongeait pendant des  années les clubs kinois, entre autres les problèmes financiers, les conflits d’intérêts et la gestion des joueurs. Mazembe préparait son envol.

Il a fallu attendre l’année 2006 pour revoir le TP MAZEMBE à la tête du championnat national devant le grand Daring avec un effectif des joueurs ayant évolué à Kinshasa. Connaissant la plupart des difficultés des équipes kinoises, le TP MAZEMBE va s’investir sur la constance de l’effectif en proposant mieux que les équipes de la capitale sur les conditions des contrats des joueurs, en focalisant également son recrutement sur les grands noms des vedettes des équipes kinoises.

Entre-temps, le bourreau de la capitale laissera sa suprématie petit à petit à sa voisine de l’AS V. Club, car en son sein, les conflits d’intérêt auront élu domicile et ont empêché la bonne marche de l’équipe en laissant place aux combats et à sa destruction.

L’inconstance de l’effectif, l’improvisation de la préparation technique et la crise d’hommes au sein de son comité de gestion ont neutralisé ce grand patrimoine du pays et de la capitale dans son esprit de courir derrière les titres.

Conscient que seul le TP MAZEMBE était resté au podium car son éternel rival de Lubumbashi traversait presque les mêmes problèmes que le DCMP/K. Les Moscovites renaîtront avec une bonne politique sportive que mettra en place l’autre Général d’Armée en sport, Gabriel AMISI KIKUMBA Tango Four.

TP MAZEMBE – V. CLUB, le duo de la CAF – C1

Retourner dans le chemin des interclubs de la confédération africaine et neutraliser son adversaire direct qui était le DCMP, en lui raflant certains cadres, telle était la mission de ce comité dirigé par l’Officier Militaire.

Le DCMP se contente de sa troisième place automatiquement en perdant l’objectif initial de gagner des titres nationaux chaque saison.

La paire TP Mazembe et V. Club conquis le championnat national et s’impose. Mais seul les Englebertois sortiront victorieux car leur politique de la constance de l’effectif et la gestion financière des joueurs leur permettront de rafler plusieurs titres que leur poursuivant direct.

Les Banas Mbongo instables sur le plan de la stabilité des joueurs et avec un budget minime n’arrivent toujours pas à se rivaliser avec le TP MAZEMBE. D’une part, les moyens financiers de certains clubs posent d’énormes difficultés pour que la plupart de ces formations footballistiques se rivalisent à la paire TP MAZEMBE et AS V. Club. D’autre part, il s’agit aussi de l’organisateur du championnat qui ne permet pas à ces équipes de s’exprimer convenablement sur le terrain. Ces équipes sont butées aux problèmes de partialité d’arbitrage et du favoritisme des gros poissons.

A quand la nouvelle ère des équipes congolaises pour détrôner la paire TP MAZEMBE et l’AS V.Club? Faudrait- il se contenter de la loi sportive (Loi KABONGO) ou de la volonté des dirigeants sportifs ?

Sinon, les prochaines saisons ne montrent aucun signe de changement car les mêmes comportements qu’affichent nos dirigeants produiront les mêmes effets.

Horsaison / Or Saison