Il y a 6 ans naquit le Football Club Renaissance du Congo dans un contexte de conflit qui a conduit à la scission au sein du DCMP de Kinshasa.

Inscrit en division inférieure, le club a franchi toutes les étapes possibles jusqu’à rejoindre la Ligue 1. Il a ainsi retrouvé le DCMP d’où il tire ses origines, l’AS Vita Club, le TP Mazembe et bien d’autres clubs au championnat d’élite de la RDC.

L’avènement de Renaissance du Congo à la Vodacom Ligue 1 a redonné vie à ce championnat national de la RDC. Vu le monde que ce club draine à chacun de ses matchs.

Le FC Renaissance est conduit par un ancien dirigeant du DCMP, l’Evêque Pascal Mukuna. Il s’est fait une place de choix dans l’échiquier du football congolais. Avec un public qui lui apporte un soutien inconditionnel.

A Kinshasa, devant Mazembe, Vita Club ou encore DCMP, la Renaissance du Congo remporte déjà le duel sur l’affluence du public. Quelle que soit l’heure à laquelle le match est programmé.

De toutes les oppositions à la Vodacom Ligue 1, celle face au DCMP est loin d’être qu’un simple match de football. Ce sont des retrouvailles entre anciens dirigeants et supporteurs d’un même club qui peuvent parfois dégénérer. D’où, des dispositions sécuritaires particulières pour l’encadrement des supporteurs. L’organisateur du championnat est appelé à sortir son expertise XXL, notamment dans la désignation du corps arbitral.

Au-delà du fait qu’ils portent tous les couleurs verte et blanche, chacun d’eux se démarque avec le Rouge pour DCMP et Orange pour Renaissance du Congo.

Depuis les premiers face à face (3-2, 1-1), l’enjeu de ce match est resté le même. Le DCMP tient à préserver son invincibilité, Renaissance par contre court toujours derrière sa toute première victoire enfuie dans ses origines.

Matampi Ley vs Vinny Bongonga


Le dernier face à face entre les deux formations avant l’arrêt des activités sportives à cause de la covid-19 a été d’un engagement particulier pour l’international congolais vainqueur du Chan 2016. Matampy Ley (31 ans) en était à son premier derby avec ses nouvelles couleurs.

« C’était un plaisir de jouer DCMP mon ancien club. J’étais super motivé et très concentré. Je me suis d’ailleurs préparé en conséquence sachant que je devais faire face au DCMP » confie le gardien de but Ley Matampi.

Un match qui a toujours eu une saveur particulière. C’est un derby qui n’a rien à voir avec les autres confie Vinny Bongonga attaquant du DCMP de 24 ans. Il croise pour sa première fois le chemin de Matampi Ley dans la cage d’un club de la Ligue 1.

« Nous venons de la même famille et nous, nous voulons toujours préserver notre invincibilité et avoir toujours cette ascendance sur eux« . Une ascendance qui n’est pas toujours synonyme de victoire a chaque face à face.

Mais un but encaissé n’est pas toujours le bienvenu. C’est comme de l’huile jeté au feu. Matampi qui a encaissé en premier devait user de son expérience afin de calmer les Oranges.
« Après ce but de Vinny, j’ai pris mes responsabilités pour encourager les joueurs et voire même calmer nos supporteurs. Ils commençaient déjà à se fâcher et à s’en prendre à l’arbitrage après 20 minutes de la seconde période  » explique le gardien international congolais Ley Matampi. Ils s’imaginaient que leur équipe allait enregistrer une nouvelle défaite.

Bien avant le coup de sifflet final, Renaissance du Congo revient à la hauteur de son adversaire grâce à Jérémy Basilua. Il redonne le sourire aux siens à la grande déception de l’équipe adverse.

« Malheureusement, ce n’est pas le résultat auquel nous nous attendions qui est arrivé. Ils ont réussi à égaliser et nous étions très affectés » s’est souvenu Vinny Bongonga Kombe.

Puisque jusqu’à preuve du contraire, un match nul de Renaissance du Congo face au DCMP garde encore la saveur d’une victoire. Magré l’invincibilité qu’ils ont toujours su préserver jusque-là.

C’est depuis 2016 que les deux clubs se croisent en Ligue 1. Le DCMP mène la barque avec 8 victoires dont 4 par forfait et 2 nuls.

HorSaison / OrSaison

0 0 voter
Évaluation de l'article