Congo Sport

Marcella SAKOBI la reine de la boxe congolaise…voire plus!

Elle ne cesse d’impressionner depuis ses débuts en boxe en 2015, Marcella SAKOBI continue de régner sur la boxe féminine de la RDC quelle que soit la catégorie dans laquelle elle évolue. Sacrée championne du Congo pour la 4ème fois consécutive, la première dans la catégorie de plumes, le jeudi 28 février dernier lors des 27ème championnats nationaux au Pullman Hôtel. Un titre qui vient garnir une vitrine également décorée par une médaille d’or continentale remportée en 2017 à Brazzaville lors des 12èmes  championnats d’Afrique des Nations.

Junior Makabu mon déclic

Auteure d’un parcours remarquable depuis 2015, la boxeuse de 27 ans hésitait pourtant avant de se plonger dans la boxe, selon ce qu’elle a confié à horsaison.cd. En effet, Marcella Sakobi qui pratiquait déjà d’autres arts martiaux, tels que le karaté Shotokan et le judo n’avait pas d’attraction à la boxe, la trouvant très violente

Aussi, Marcella SAKOBI n’aimait pas la boxe à cause de ses exercices physiques qu’elle trouvait très difficiles. C’est son coach, Maître KISOLOKELE qui la forçait à les faire malgré lui. Elle avait du mal à maintenir un rythme stable pour sa présence aux entraînements. Après une ou deux séances, elle prenait la poudre d’escampette suite aux fortes douleurs qu’elle accusait à son retour. De fois, elle avait d’énormes difficultés à visiter les latrines pour donner satisfaction à ses besoins physiologiques.

Cependant, un boxeur congolais lui a donné le goût de pratiquer le noble art. Il s’agit de Junior MAKABU, aujourd’hui détenteur de la ceinture WBC. Le boxeur congolais avait mis KO, en sa présence, un américain lors d’une soirée organisée au Pullman Hotel à Kinshasa en 2015, pour commémorer le combat du siècle de 1974 entre Ali et Foreman. La façon dont MAKABU avait combattu face à cet américain l’avait tellement émerveillé. Marcella SAKOBI était bouleversée de voir un congolais battre un américain alors que dans son entendement, la boxe était de nationalité américaine et qu’elle n’obéissait qu’au dictat des américains.

Devant cette réalité, le lendemain Marcella SAKOBI est allée s’entrainer d’elle-même, sans l’intervention d’un corps étranger. Au bout de 6 mois seulement, elle a été sacrée championne du Congo dans sa catégorie, en 2015.

L’amour du travail, mon secret


Quand je me fixe un objectif, je fais tout pour l’atteindre

Comme tout athlète qui vise l’excellence, Marcella Sakobi se donne à fond dans son travail pour atteindre ses objectifs.

Quand je me fixe un objectif, je fais tout pour l’atteindre. Imaginez que j’habite à Mont-Ngafula, Bel’air, mais je suis obligée de me déplacer jusqu’à Livulu pour m’entraîner, pendant 5 jours au courant de la semaine (du lundi à vendredi). J’avais l’habitude de quitter la maison à 5h en courant jusqu’à Livulu et je m’entraînais normalement avec les autres après le parcours de combattant que j’effectuais sous la topographie de la route By Pass qui enregistre des montées et des descentes. J’aime ça pour rester performante« , a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que la boxe est son boulot
« d’autres personnes ont des bureaux, moi mon bureau, c’est la boxe. Donc, je me donne corps et âme pour aller toujours loin« .

Plus qu’une boxeuse, une vraie sportive

Avant d’embrasser la carrière de boxeuse, Marcella SAKOBI a pratiqué le handball, le football, le karaté et l’athlétisme.

Pour le handball, elle l’a plus pratiqué à l’école secondaire à Kikwit. Une fois arrivée à Kinshasa, elle a arrêté avec le handball pour se consacrer aux études universitaires à l’Université de Kinshasa où elle a décroché sa licence en droit.  A l’UNIKIN, elle a pris part aux compétitions inter universitaires de football comme joueuse de champ  elle était surnommée “Adebayor”. 
Il lui arrivait aussi d’occuper le poste de  gardienne avant de se lancer par hasard à l’athlétisme en 2013

Elle avait aussi l’habitude de courir avec les étudiants et elle a participé au semi-marathon de 20km organisé par une société Brassicole de la place.  Le Ministre des Sports de l’UNIKIN de l’époque lui avait suggéré de participer, elle avait pris part à cette compétition mais avec hésitation. Au finish, elle s’était retrouvée première dans la version féminine.

Tout le monde était étonné et voulait l’écarter, mais tout s’est finalement bien passé. C’est alors que la Fédération congolaise d’athlétisme l’avait enregistré. C’est ce qui lui a coûté la participation aux compétitions tant nationales qu’internationales. Sur le plan national, Elle a été sacrée championne du Congo de 10.000 mètres en 2013, vice-championne de 3000 mètres en 2014, 2ème aux 10.000 mètres en 2015, médaillée de bronze aux  10.000 mètres et 2ème aux 5.000 mètres. Elle a également remporté plusieurs semi-marathons organisés à Kinshasa.

Sur le plan international, elle a été 12ème aux Jeux universitaires en Corée du Sud en 2014, 7ème au semi-marathon de Luanda en 2014 et 11ème au Cross country de Kampala toujours en 2014 et elle a terminé 17ème lors de son premier marathon à Yaoundé, au Cameroun en 2017.

Outre toutes ces disciplines qu’elle pratiquait, Marcella SAKOBI est arbitre de la Ligue de football de Kinshasa depuis 2014. Aujourd’hui, elle officie dans les  matches de la ligue 2.

Le rêve Olympique !

Avant de mettre fin à sa carrière, la reine de la boxe congolaise s’est fixée comme objectif de remporter une médaille olympique quel que soit le métal. Et, une fois sa carrière d’athlète terminée, elle pense se marier et devenir une dirigeante sportive, en travaillant au niveau de la base pour l’épanouissement de la boxe

Horsaison / Or Saison

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x