Romain MUANDEKE est le Promoteur et Fondateur de ce que nous pouvons appeler à ce jour centre de formation des jeunes athlètes de Volleyball dans la Ville Province de Kinshasa, plus précisément dans la commune de Lingwala.

Enseignant de carrière, Romain MUANDEKE est un ancien footballeur qui a intégré le milieu de volleyball vers les années 1991 au sein du Volleyball Club IMANA, aujourd’hui DCMP avec comme tâche, la formation des jeunes recrues.

Très passionné à la pratique de la discipline de balle au filet, vite il s’est assigné comme priorité; intérioriser les règles de jeu entre autres les fondamentaux de la discipline et en faire un cheval de bataille pour une bonne transmission aux jeunes nageant entre 6 à 13 ans sous son encadrement.

En apostolat, c’est avec son maigre salaire d’enseignant qu’il parvient à prendre en charge les enfants qui viennent apprendre la pratique de la discipline. Dans la suite de ses ambitions très chères, c’est d’être découvert à l’extérieur du pays un jour.

Sa plus grande joie, c’est la mise sur orbite du volleyball kinois du premier produit de ses mains, la jeune fille Prudence KAPELA, nous sommes en 1992.

De l’historique du Club Ouragan

C’est le samedi 2 Mai 1992 que l’idée de créér un club lui est venue en tête.

Anecdote : Faisant suite à un malentendu survenu lors du match entre VC IMANA et Gougard à la place Carrefour des Jeunes de Matonge que Romain MUANDEKE décida de quitter VC IMANA (voulant rosser l’un des ramasseurs de ballons, qu’une chaude discussion s’en est suivie entre lui et ses dirigeants).

En cavalier solitaire à présent, le tout lui semblait difficile pour un début, mais misant sur quelques jeunes filles qui ont également décidé de quitter IMANA. C’est avec ce petit groupe que Romain MUANDEKE démarra une nouvelle aventure avec un lot de jeunes filles telles que: Claudine MAFUANA aujourd’hui au sein de la DGSP de Brazzaville, MUNGITA Yollande déjà au-delà, ELEMANI Mamie, MAKENGO Genitta, MOSANGE Nana et tant d’autres jeunes filles à talents naturels qui ne cessaient de venir apprendre le volley, et là nous sommes au mois de mai 1992.

Au bout d’un mois, un groupe de plus au moins 12 jeunes joueuses était mis en place sous le label « VC Ouragan ».

Après la fusion de VC Ouragan avec Gougard sur demande des dirigeants de Gougard suite aux désordres régnant en maître au sein de ce club, tout s’est bien passé jusqu’à l’engagement de VC Ouragan au championnat de l’EUVOKIN.

A titre de rappel, en 1993, l’Entente Urbaine de Volleyball de Kinshasa ne comptait que 4 clubs de volleyball dames dont : VC Bilenge, Londende, IMANA et Ouragan.
Pour sa première participation au championnat local, VC Ouragan est sorti dernier au classement général et depuis lors l’équipe est resté coller à la cour de grands de Kinshasa jusqu’à ce jour où il crée de sensationnel à ses adversaires.

INANA MPETI Irène : Une étoile qui en pleine ascension au sein de VC Ouragan

Cette dernière a intégré Ouragan grâce à sa mère qui l’a amené pour apprendre le volley alors qu’elle navait que 3 ans et aujourd’hui elle totalise 13 ans d’âge.

Elle a été façonnée petit à petit jusqu’à ce jour où elle est devenue l’objet de convoitise partout à Kinshasa… Elle a pris part à la coupe monde des cadettes/Egypte 2019 et les sollicitations affluent malgré son âge.

Des perspectives d’avenir

Romain MUANDEKE qui se bat avec ses moyens de bord se dit optimiste et l’unique rêve est qu’il puisse trouver des partenaires et pourquoi pas l’Etat congolais de lui venir en appui, une façon de lui encourager à mieux faire.

« Nous voulons que notre centre soit réellement un centre remplissant tous les critères à l’exemple d’Europe, c’est-à-dire disposer des matériels nécessaires.

Jusqu’à ce jour nous évoluons dans une école de l’Etat où nous sommes chaque fois l’objet de menaces, mais avec quelques interventions nous y sommes et nous continuons notre formation.

Le financement nous cause énormément du tort pour soutenir les enfants même avec l’argent de transport mais avec ce que je gagne à l’enseignement, je fais de mon mieux pour continuer d’encadrer tant soit peu la jeunesse et je ne me fatiguerais plus, car je sais qu’un jour je ne récolterais du fruit…

Concernant mes jeunes joueuses sollicitées ci et là, surtout au sein des grands clubs, notamment VITA et IMANA, je vous dit que j’éprouve des problèmes, car ces clubs ne parviennent pas à honorer les contrats pour que je me retrouve… Vous trouver ça normal ? Ils disent grands clubs, pourtant je peux aussi me jouir des fruits de mes mains.

Je lance un cri d’alarme aux autorités, aux personnes de bonne volonté, morale ou physique de nous venir en aide, car ce que je fais aujourd’hui va profiter à la République et non à moi-même… Lançons un appel aux parents qui ont les enfants dont la taille en hauteur soit de 1,70 ou 1,80 m de les amener pendant les grandes vacances. Notre addresse: Athénée de Lingwala chaque jour à partir de 8 heures du matin. »

HorSaison / OrSaison

0 0 voter
Évaluation de l'article