Dans une interview accordée à la presse de la RD Congo présente à Rabat, le Président de la Fédération de Tennis de Table du Congo, Matthieu MWANA MBUTA, est revenu sur la participation des pongistes congolais aux Jeux Africains.

Il a en outre fait une lecture sur le niveau des pongistes à cette compétition qui du reste d’un niveau très relevé a-t-il reconnu, niveau qui d’ailleurs lui a permis d’apprécier ses pongistes et de faire une projection sur le futur de ses athlètes.

Voici donc, l’intégralité de cette interview telle que promis dans un des articles de votre site.

« Vous avez vu que le niveau est très élevé, la plupart des magrebins ont aligné leurs athlètes qui évoluent en France, la RDC aussi a un joueur en France qui a joué.

Le niveau est très relevé vous l’avez vu et nous avons promis en ce qui nous concerne d’avoir au moins une médaille aux épreuves double messieurs et une médaille en simple.

On a raté de peu une médaille en double messieurs puisque les athlètes sont arrivés en quart, une rencontre très difficile face à la paire qui a remporté cette épreuve, elle était tout à fait au-dessus de toutes les paires. Nous tous, nous avons été éliminés au quart, nigérians, égyptiens compris. Vous comprenez que c’est très relevé, pour un pays comme le nôtre qui a aligné deux seniors, un junior et un cadet.

En simple, la déception c’est pour un athlète, Noredy et les autres sont venus pour essayer de hausser leur niveau mais il y a DIAMUANGANA le numéro 1 qui est tombé, même si c’est 4-3, il a fait tout, il a commis quelques erreurs techniques qui ont coûté cher.

Globalement, je suis satisfait du comportement des athlètes, il y a eu du répondant,  vous avez pu voir les matchs n’ont pas été faciles dans les victoires tout comme dans les défaites, ce n’était pas facile, c’était acharné, donc cela augure d’un très bon niveau à l’avenir.

Je pense maintenant que ces athlètes là, ce que vous avez vu ici, doivent être mis dans le circuit international, c’est tout ce qui nous reste. Maintenant, il faut les placer dans le circuit, c’est-à-dire chaque mois, ils doivent être dans une compétition international, nous sommes décidés à le faire quitte à réduire le nombre d’athlètes que nous amenons pour permettre à ceux-là, à ce noyau là d’être en compétition internationale chaque fois.

Je pense qu’avec ça, le championnat d’Afrique du mois prochain et déjà la qualification aux Jeux Olympiques qui se joue au mois de mars en Tunisie ; si nous y allons, je pense qu’il y a une possibilité qu’on ait au moins un qualifié pour les Jeux Olympiques »

Horsaison / Or Saison