La nouvelle a fait le tour de la toile sans donner plus de détails mais la dernière sortie est celle qui confirme la donne. D’abord, la reprise du journal officiel du Club RSC Anderlecht confirmant que le joueur international congolais ELIA MESCHACK avait disparu alors que tout avançait dans une bonne direction pour lui au sein du club, lui a séduit le staff technique conduit par Simon DAVIES.

Les colonnes du quotidien des Mauves inscrivent ce feuilleton dans les lignes d’une chronique des chiens écrasés écrivant noir sur blanc « pas de trace de Meschack Elia, l’ailier congolais en test depuis trois semaines à Anderlecht, mercredi matin à l’entraînement ouvert au public du sporting. Et pour cause, le joueur est porté disparu. Personne ne sait où est Meschack, nous dit-on dans le vestiaire. Les Dirigeants du RSC ont quand même leur petite idée : Elia serait en Suisse en compagnie de Nicolas ONISSE, son ancien agent qui a refait surface ces derniers jours.

Comme beaucoup de congolais le pensaient, Elia séduit directement le staff technique. L’agent Jacques Lichtenstein est mandaté par le RSAC pour faire le deal. Le 21 août, Anderlecht et le TP MAZEMBE s’accordent sur la convention de transfert d’Elia. Un accord salarial est également trouvé avec le joueur. Le jour même, un courrier d’avocat arrive sur le bureau de Michael Verschueren. Il dit que le transfert à Anderlecht ne peut pas se faire car Elia a déjà un accord avec le club Suisse des Youngs Boys de Berne depuis le mois de Juin » peut-on lire sur la page actu.

Situation peu honorifique pour le football congolais qui après le dernier cas de dissidence en 2011 lors des jeux de Nice comptait refaire et parfaire son image, ce qui suscite la réaction de la FECOFA.

Constant OMARI et sa désolation …

Si Elia se promène en Europe pour atterrir chez Youngs Boys de Berne, son visa Schengen a expiré depuis le 29 août 2019. Ce qui fait de lui un joueur sans papier en Europe. Tenant à son image et tout ce qui l’entoure (CAF et FIFA), le Président de la FECOFA Constant OMARI n’a pas pris du temps pour réagir après un deuxième rendez-vous manqué que le club belge avait fixé à Elia, le mardi 27 août 2019 « Bonjour à vous tous, … les conséquences risqueraient d’être catastrophiques pour notre football. Nous venions de discuter avec le nouveau sélectionneur de la possibilité de reprendre des stages en Belgique. Ce fameux joueur se signale par ce comportement qui à l’époque avait amené les ambassades européennes à ne plus accorder des visas aux joueurs de notre équipe nationale.
Par conséquent, rien n’exclut à ces chancelleries de reprendre avec les mêmes mesures conservatoires »
, a-t-il dit.

Si Elia est parti, la FECOFA, MAZEMBE et le club belge Anderlecht, tous se chargent sur une personne, Nicolas ONISSE « Le joueur s’est caché chez sa grande-sœur. Son visa obtenu grâce aux démarches d’Anderlecht a expiré hier. Ils sont l’objet des convoitises des agents de joueurs véreux qui profitent de la visibilité que le Club de Mazembe leur offre. Par ailleurs, c’est le seul club congolais qui négocie au prix fort les transferts de ses joueurs. Par conséquent, ces jeunes succombent facilement aux tentations. 

Le drame est que certains de leurs anciens entraîneurs étrangers s’adonnent à ces genres de pratiques sans oublier les anciens joueurs que vous venez de citer qui développent des mécanismes de fuite de leurs collègues », a rajouté OMARI SELEMANI.

La SAGA ELIA MESCHACK – ANDERLECHT – YOUNGS BOYS devra se préciser d’ici le 2 septembre à 23h59’ marquant l’épilogue du Mercato, sinon, le joueur ne jouera pas en Europe avant janvier.

Horsaison / Or Saison