Fini la coupe du monde de Volleyball après le dernier match perdu face au Mexique, l’heure était à un dernier échange entre tous les membres de la délégation congolaise présents en Egypte et à une dernière séance vidéo devant faire l’analyse personnelle de chacune des athlètes sur l’ensemble de leur prestation en termes des statistiques.

Cependant, il ne suffisait pas de dire qui a mieux joué ou encore qui a été bon dans tel ou tel autre compartiment. Bien plus, il fallait laisser parler les chiffres et que chacune d’elles soit fixer sur ce qu’elle a pu produire au cours de la compétition.

Les chiffres

Difficile en si peu de temps d’avoir les données de toutes les filles dans différents secteurs, selon qu’elles ont été performantes ou non. D’où, le choix d’un échantillon représentatif.

Dans un premier temps, nous allons plus nous attarder sur la trajectoire des services et ses conséquences.

Pour Bénédicte, dans l’ensemble de la compétition, elle a servi 32 fois et a commis 10 erreurs qui ont donné les points à l’adversaire.

Par contre, Grâce a marqué 9 points pour avoir servi 68 fois et commis 11 fautes.

Mpeti 31 services, 9 services out et 5 points directs.

Ania 37 services, 9 Out et 4 points directs pour sa sélection.

Souzane a dans sa gibecière 31 services, 8 Out et 2 points marqués.

Faïda 35 services, 4 Out et 1 point marqué.

ZENGA qui a évolué dans deux registres au cours de cette compétition avec 48 services dont 11 Out et 4 points. Elle a été d’un grand apport dans la réception.

Christelle 14 services, Dorcas 11 et Mianda a marqué plus de points que l’ensemble des athlètes et son rendement est à 50% dans cet exercice.

Cet exercice a également été accompagné d’une vue générale sur la (les) trajectoire (s) de service de chacun pour mieux savoir l’endroit où il y avait plus de réussite.

La parole à tous et à chacun

Bien avant de permettre aux filles de prendre connaissance de ce qu’a été mathématiquement leur rendement chiffré au service, Hammid Habdallaoui a dans un échange avec l’ensemble de la délégation accordé la parole à chacun pour une lecture générale de cette compétition.

Ce qui en principe doit être un rituel à chaque fin de compétition pour évaluer.

La première à prendre parole, c’est la Vice-présidente de la FEVOCO, Madame Fifi FATUMA, qui a recommandé les filles à plus de travail pour un meilleur rendement à l’avenir.

Thomas MUKWIDI,  » On a rêvé d’un rêve qui n’était pas réalisable » pour une première participation, ce qui est positif, il faut le capitaliser et rejeter le négatif.

« Votre adaptation à la compétition a été difficile et en dents de scie mais vous avez nettement progressé avec la lecture de la vidéo.

Un notre point négatif de cette coupe du monde a été le stress négatif qui a beaucoup pesé sur vous.« 

Le coach Arsène a remercié le sélectionneur pour tous ce qu’il a mis à leur disposition en termes d’expertise avant d’apprécier à juste valeur l’évolution des filles et projeter la continuité de ce travail, une fois de retour à Kinshasa.

Madame Annie, médecin de la sélection, a exprimé également sa reconnaissance à l’egard du staff pour une implication et pas la moindre dans son secteur durant cette coupe du monde.

Zizou ELABA, cameraman et beaucoup plus dans la casquette de photographe, dit avoir acquis une autre expérience dans sa carrière, celle d’avoir couvert la coupe du monde de volleyball et y avoir beaucoup appris.

Aux filles, plus d’encouragements et d’application dans ce qu’elles savent faire.

Et au sélectionneur Hammid Habdallaoui de conclure en remerciant tout son staff, l’ensemble de la délégation et aux filles de l’avoir intégré tout au long de cette compétition.

« Pour moi, je suis entrain de rêver, car vous vous êtes totalement transformées et c’est fabuleux.

Parce qu’au départ c’était difficile, de ma part, j’ai fait un effort immense de m’intégrer pour comprendre chacune de vous parce que moi j’entraine une autre culture.

J’ai vu une équipe qui avait besoin de jouer sur le terrain et développer sa dynamique de groupe.

Je vous félicite de tout mon coeur de tout ce que vous avez fait comme effort et merci parce que vous m’avez aussi supporté.

Je suis sûr que cette équipe arrivera à un niveau très très haut.

Pour moi, les 20 joueuses ont participé, votre progression était rapide et interagissante.

7 matches officiels et 4 matchs amicaux, tout est récupérable.

Votre progression par rapport à la vidéo est une satisfaction.« 

Il a parlé à tous et à chacun, Hammid a conclu ses propos par un adage japonais qui dit ce qui suit :

 » S’il y a un problème extérieur qui vient de l’extérieur, ce n’est pas un problème; le vrai problème, c’est celui qui vient de l’intérieur. »

Il leur a également été recommandé de ne jamais essayer de guérir un virus, il faut le tuer.

« N’essaie jamais de guérir un virus, il faut le tuer« 

Comme pour dire, ne jamais parler des problèmes du groupe à l’extérieur pour demeurer solide et efficace. Celui qui s’évertue à nuire au groupe, il faut l’en éloigner.

Des mots qui ont trouvé du répondant, puisque la capitaine TETILA qui a pris parole au nom du groupe a au-delà de remercier le staff dans son ensemble, particulièrement, elle a dit merci au sélectionneur Hammid pour son grand coeur.

 » Parfois, nous étions insupportables, mais vous nous avez accepté comme telles et quoi de plus normal vous dire merci pour vos encouragements. La prochaine fois, nous allons mieux faire pour évoluer dans le groupe. »

C’est dans une très bonne ambiance que cette séance d’échange a été levée et chacun pouvait bien regagner sa chambre.

Horsaison / Or Saison