Comme le décompte d’une bombe prête à exploser, le Groupe G des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations n’est plus qu’à une seconde  soit un match pour sauter alors qu’elle affiche « 6 » en plein clignotement synonyme de la 6ème journée, attention c’est une bombe truquée !

Rien que par ce fait, l’on se voit obliger d’affirmer que les mathématiques passent pour la science dont sont amoureux les Africains, par-dessus de tous les RD Congolais jadis Zaïrois, qui pourtant il y a deux ans étaient les mieux lotis de l’Afrique Sub-saharienne ; avec un public fou bravant toutes sortes de températures et intempéries  pour être au stade des Martyrs de la pentecôte, un stade qui a fait de cette équipe une sélection nationale Martyr.

C’est pourtant là que tout va se jouer au mois de Mars de l’année 2019 devant un peuple déçu par son mode de vie qui ne trouve son refuge dans le sport, là où tout va mal.

Deux matches, deux tickets à prendre

Les Léopards de la République Démocratique du Congo seront face aux Léones Stars du Libéria pour un ticket Africain, pendant ce temps à Harare les Warriors du Zimbabwe vont offrir leur hospitalité aux Diables Rouges du Congo Brazzaville.

Deux matches qui opposent quatre nations qui ont toutes une envie, celle d’être à la CAN ; impossible puisqu’il  n’y a que deux places qualificatives.

Premier avec 8 points, le Zimbabwe pour son dernier match n’aura besoin que d’un point pour répondre présent au rendez-vous de la Confédération Africaine de Football. Et les Warriors pourront s’exclamer : « Avec 9 points en 6 matches joués nous sommes qualifiés, la place est à l’assaut du sacre ». 

Les adversaires du jour, eux ne voudront en rien assister à cette scène, les Congolais de Brazzaville, quatrième du Groupe G avec 5 unités doivent à tout prix s’imposer avec un écart de deux buts pour se qualifier : «  Les Gars, si en 1972 le Zaïre (RDC, 4ème de la CAN) était derrière nous (Congo Brazzaville, 1er) lors de l’établissement du classement final à la Coupe d’Afrique des nations, il peut encore l’être à l’issu de cette phase qualificative. Une victoire nous permettra de le devancer et revenir à la CAN comme en 2015 ».

A Kinshasa, comme à l’accoutumé, les Congolais du Zaïre auront en main la calculatrice alors qu’ils ne seront que face aux Libériens, pas attendus au début des éliminatoires mais sérieux prétendant au rendez-vous Egyptien à une heure trente minutes du clos, le dead Line.

Mal partie avec 6 points, la RDC est face à un impératif, gagner ou s’absenter. Un  triomphe qui permettra à Constant OMARI d’oublier la mauvaise période passé à la CAF, à Florent IBENGE de mettre de côté son malheur avec V. CLUB en CAF – C2, pour 90 pourcent de l’équipe dont les Joueurs n’ont rien gagné de majeur avec leurs clubs respectifs : «  Vous êtes des Léopards, nous sommes tous des Léopards ; Léopard un jour, Léopard pour toujours. Je joue ma carte et vous aussi ».

Les Libériens, eux, sont les troubles fête de ce Groupe G. ils ont derrière eux un homme qui sait ce que ça veut dire jouer au football et arborer le maillot de l’équipe nationale, le Président de la République, Monsieur George WEAH «  Mister Georges ».

Les habillés en vareuse raillées ne chercheront qu’un nul, un point pour atteindre neuf et se valider pour la 3ème fois de leur histoire une participation de droit à la Grande messe Africaine. «  Je n’ai jamais franchi la phase de groupes d’une CAN, allez-y et faites-le pour moi ».

Le temps se complique, l’air se surchauffe, l’adrénaline s’invite et la pression se fait ressentir ; Tous à Bord, le Groupe G tient et maintient son suspens propre.

0 0 vote
Article Rating